• Subcribe to Our RSS Feed

Manger ensemble

  • Langue française masculinisée
  • Langue française féminisée

La Société végane conduit un programme international d’éducation des adultes tout au long de la vie : Manger ensemble. Notre structure a été sélectionnée par l’Europe avec l’Association suisse pour le végétarisme (Schweizerische Vereinigung für Vegetarismus) et Dyrenes Alliance (Danemark).

Inclusion sociale et accès à l’alimentation

Qu’ils favorisent le partage culturel et le tissage des liens ou qu’ils cimentent un contrat, les repas collectifs enrichissent les sociétés. Malgré leur grande diversité, les alimentations européennes et mondiales présentent suffisamment de points communs pour composer des repas équilibrés qui permettent de rassembler toutes les cultures autour d’une même table. « Manger ensemble » est un programme éducatif d’inclusion.

Les partenaires ont produit une liste positive d’aliments qui conviennent à toutes les cultures. Ces ingrédients peuvent être utilisés pour la préparation de repas nutritifs éthiques par chacun et permettent aux acteurs majeurs de la restauration collective d’accéder aux meilleures pratiques concernant l’égalité et la liberté de conscience des consommateurs. La fraternité est une valeur bien française. L’accueil de la diversité des alimentations doit prendre en compte plusieurs sortes de populations :

  • bouddhistes ;
  • chrétiens lors du carême, et plus particulièrement les orthodoxes ;
  • hindous ;
  • jaïns ;
  • juifs, pour ceux qui acceptent qu’une nourriture parvé soit cuisinée par des non-juifs ;
  • musulmans ;
  • ovo-lacto-végétariens ;
  • rastafariens ;
  • sikhs ;
  • véganes.

Rappelons que les repas à base de végétaux peuvent également convenir aux personnes qui consomment habituellement des produits animaux, ainsi qu’aux allergiques au lait (2 à 3 % des enfants et environ 1 % des adultes), à l’œuf (2 à 3 % des enfants et des adultes) ou aux fruits de mer et poissons, aux individus en hypercholestérolémie.

Les parties prenantes ont longuement été consultées pour produire une liste d’ingrédients qui conviennent à toutes les cultures (voir l’affiche des ingrédients « Manger ensemble » ci-contre). C’est la seule façon de respecter la laïcité et de permettre à chacun de s’asseoir autour de la table de la République. Lorsqu’un menu équilibré « Manger ensemble » est disponible, ne serait-ce que sous la forme d’une option sur demande, l’accès à l’alimentation de l’ensemble des populations est amélioré.

 

Environnement

Lorsqu’il est préparé avec des ingrédients de saison et locaux, un repas végétal équilibré devient également l’une des meilleures façons de réduire l’empreinte écologique alimentaire individuelle et collective. Un repas « Manger ensemble » permet de diviser l’impact environnemental alimentaire par deux (voir la compilation des meilleures recommandations mondiales ci-contre).

Une alimentation végétale équilibrée peut aider à atténuer la destruction des écosystèmes, la pollution des eaux, le réchauffement climatique, l’affaiblissement des ressources énergétiques et l’érosion des sols. De même, la destination vivrière des terres arables peut aider à préserver les populations locales de la famine dans certaines parties du monde.

Protection de la santé

La plupart des autorités nationales européennes publient des recommandations sur la nutrition. La protection des populations européennes véganes n’est pas traitée avec le même soin selon les pays. Le groupe de travail collecte les recommandations officielles afin d’alerter les pouvoirs publics, comme l’ANSES et le ministère de la Santé en France. Des consultations internationales ont eu lieu avec succès. D’autres sont en cours.

Nous avons produit une documentation appropriée et organisons régulièrement des activités, des ateliers et des conférences, tant en France qu’à l’étranger. Voici un exemple de recettes réalisées lors d’un atelier.