• Subcribe to Our RSS Feed

FAQ

  • Langue française masculinisée
  • Langue française féminisée

Qu’est-ce que la Société végane ?

La Société végane est une association éthique et éducative. Elle compile une base documentaire propre à nourrir le dialogue pacifique, sensé et factuel auprès des citoyens et des pouvoirs publics. Sa démarche d’intérêt général la porte également à agir pour la protection de la santé et de l’environnement, à informer les consommateurs, à lutter contre l’exclusion et à traiter toute question relative au véganisme. Elle soutient les véganes et ceux qui souhaitent le devenir.

Texte fondateur de la Société végane : http://www.societevegane.fr/wp-content/uploads/2013/08/textefondateur.pdf.

Les humains ne sont-ils pas naturellement carnivores ?

Le vol et le mensonge font partie de la nature humaine. Cela n’en fait pas des pratiques moralement acceptables. Selon les circonstances, les tribus de chasseurs-cueilleurs se nourrissaient de 10 à 90 % de végétaux. Une alimentation variée et équilibrée accompagnée d’une activité physique régulière favorise le maintien de notre bonne santé. L’espérance de vie des véganes est égale à celle des personnes qui consomment des produits d’origine animale. L’animal humain est capable de digérer la chair animale, mais il a également développé la faculté de comprendre la souffrance des autres et les conséquences de ses choix.

Dieu ne veut-il pas que nous mangions de la chair animale ?

Les avis diffèrent sur ce point. Plusieurs groupes chrétiens préconisent une alimentation végane. Il existe également des associations végétariennes chrétiennes, juives et musulmanes. Certaines promeuvent le véganisme. De nombreux bouddhistes, hindous et jaïns sont végétariens ou véganes.

D’où vient le terme végane ?

Le mot végane vient de l’anglais vegan (1944). Il résulte de la suppression de lettres centrales (contraction) du mot vegetarian. Les termes véganisme et végane ont désormais été lexicalisés par les dictionnaires Hachette (édition 2013) Robert (Le Petit Robert 2015 et Le Robert illustré & son dictionnaire Internet 2015) et Larousse (édition 2015).

Comment éviter les ingrédients d’origine animale dans mon alimentation ?

Il est facile de vérifier l’absence de viande (y compris la volaille et la charcuterie), de poisson, de coquillages, de crustacés, d’œufs, de lait, de fromage et autres produits laitiers, de miel et autres produits de la ruche.

Avec l’expérience et l’aide d’une documentation appropriée, on parvient également à éviter des ingrédients d’origine animale plus difficiles à déceler. Leur nom est parfois moins explicite. C’est le cas par exemple de la gélatine (produite à partir d’os et de cartilages), du lactosérum ou petit-lait, de la caséine (produits laitiers) et du carmin (colorant obtenu à partir d’insectes écrasés appelés cochenilles).

Les anglophones pourront utiliser le guide en ligne de la Vegan Society (Animal Free Shopper) : http://www.vegansociety.com/afssearch.aspx.

Certains fabricants apposent librement une mention à l’intention des véganes (« suitable for vegans » ou « vegan »). Nous les encourageons à travailler avec nous pour s’assurer de l’exactitude de leur étiquetage. Les producteurs peuvent nous demander de faire enregistrer leurs produits véganes auprès de la Vegan Society (association à but non lucratif).

Certains animaux, comme le lion, tuent pour se nourrir. Pourquoi devrions-nous nous en abstenir ?

C’est par instinct et non par choix que les lions (ou plutôt les lionnes) tuent pour survivre. De leur côté, les humains ont la capacité de raisonner. Ils peuvent faire le choix de vivre sans nuire aux animaux, car une alimentation végane permet d’avoir une vie tout aussi longue et saine.

Qu’en est-il des peuples qui, comme les Inuits, doivent manger de la chair animale à cause de l’environnement dans lequel ils vivent ?

En raison de ressources alimentaires locales très limitées, de rares peuples pourraient effectivement éprouver des difficultés à maintenir une alimentation végétale équilibrée. Cela ne justifie pas que le reste d’entre nous consomme de la viande, du poisson, des œufs et des produits laitiers.

Que pensez-vous des défenseurs radicaux des droits des animaux (animal rights extremists) ?

Les stéréotypes reflètent rarement la réalité. Chacun a des opinions et des comportements différents. Nous devons encourager les individus et les organisations à s’engager dans le débat d’idées : si les gens se sentent écoutés, ils auront moins tendance à prendre part à des actions que l’on qualifie d’extrêmes.

Qu’est-ce qu’un végane ?

Végane : personne qui essaye de vivre sans exploiter les animaux, pour les animaux, les humains et la planète. Concrètement, elle exclut tous les produits d’origine animale de son alimentation (viande, poisson, coquillages, lait, œufs ou miel entre autres). Elle les évite aussi pour se vêtir (fourrure, cuir, laine, soie, plumes) ainsi qu’à toute autre fin (cosmétiques, loisirs, etc.).

Quelle est la différence entre végétarisme et véganisme ?

Le terme végétarisme désigne une alimentation qui exclut le produit des animaux morts, tel que la viande, le poisson, la gélatine et la présure animale (ferment prélevé sur l’estomac des veaux et des agneaux morts pour fabriquer la majorité des fromages en France). Parce qu’ils se soucient des animaux vivants, les véganes ne mangent pas non plus le produit de leur exploitation, tel que les produits laitiers, les œufs ou le miel. Le véganisme consiste à essayer de vivre en accord avec sa conscience. Cela n’est donc pas limité à l’alimentation (vêtements, cosmétiques, loisirs, etc.).

Pourquoi choisit-on de devenir végane ?

On devient végane pour vivre en accord avec sa conscience. Toutefois, certaines personnes ne consomment plus de produits d’origine animale pour des raisons de santé (obésité, diabète, hypercholestérolémie, allergie alimentaire, etc.) ou par écologie (réduire son impact sur le réchauffement climatique par exemple).

Tueriez-vous un animal sauvage si votre vie était en danger ?

Un animal sauvage n’attaque en général que s’il est affamé ou se sent en danger. Tant que les humains n’empiètent pas sur son territoire, ils ont très peu de chances d’être attaqués. La plupart des gens préfèrent éviter de porter un couteau ou une arme à feu au quotidien. En réalité, peu de personnes pourraient se défendre contre un animal sauvage.

Les véganes doivent-ils éviter les médicaments testés ?

La Société végane française recommande aux véganes de suivre les traitements médicaux prescrits. Un végane mort ne fait de bien à personne, et ne peut plus militer pour abolir l’expérimentation animale.

Comment peut-on vous contacter ?

Pour nous contacter, vous pouvez nous envoyer un e-mail (info@societevegane.fr), nous appeler (06 17 61 90 90) ou nous écrire à l’adresse suivante : Société végane – 12, rue Parmentier – 94800 Villejuif. L’association est très active et strictement bénévole. Merci d’en tenir compte. Les informations relatives à l’utilisation du site sont disponibles dans les conditions générales d’utilisation et de vente.