• Subcribe to Our RSS Feed

Conversations

  • Langue française masculinisée
  • Langue française féminisée

À moins qu’on ne vous invite à manger, il n’est généralement pas nécessaire d’annoncer aux gens que vous êtes végane. Si quelqu’un cuisine pour vous, assurez-vous préalablement que cette personne sait que vous êtes végane : ne vous présentez pas chez quelqu’un pour refuser le repas qu’on vous a cuisiné !

Le sujet sera parfois mis sur la table, si quelqu’un remarque votre déjeuner appétissant ou si une réponse récurrente du type « Pas pour moi » ou « Non merci » est relevée (par exemple lorsqu’on vous propose du gâteau conventionnel au bureau). Voici quelques astuces pour les véganes (et les autres), afin que votre première conversation sur le véganisme soit sereine.

À l’intention des véganes :

  • Préparez une réponse courte et polie au cas où l’on vous demanderait pourquoi vous êtes végane.
  • Changez poliment de sujet si vous ne souhaitez plus en parler. Ajoutez éventuellement une note positive comme : « Cela me convient bien jusqu’à présent. J’ai préparé un excellent [nom d’un plat intéressant] l’autre jour ».
  • Ne lancez pas d’information ni d’opinion en faveur du véganisme à moins que la situation ne se présente. Si tel est le cas, parlez calmement sans en faire des tonnes. Si vous venez tout juste de découvrir les horreurs de l’élevage, vous aurez envie que le monde entier soit au courant (les veaux et les poussins mâles qui sont tués à cause de la production de lait et d’œufs, etc.). Si vos interlocuteurs ne veulent pas en entendre parler, ils cesseront tout simplement d’écouter. Au contraire, lorsqu’une personne vous demande pourquoi vous ne mangez pas d’œufs provenant de poules élevées en plein air, c’est le moment d’expliquer (le sort des poussins mâles).
  • Si vous voulez que les autres s’intéressent au véganisme, montrez l’exemple plutôt que de montrer du doigt. Une simple conversation ne changera l’opinion de personne, pas immédiatement en tout cas. Montrer l’exemple changera les choses avec le temps. Parlez des aspects positifs, de ce que vous appréciez, des nouveaux aliments délicieux que vous découvrez et, d’une manière générale, assurez-vous d’être heureux et en bonne santé pour les années à venir. Apportez-leur un bon gâteau. Ne donnez pas au véganisme l’air d’être une corvée.
  • Certaines situations sont moins évidentes et peuvent se compliquer. Ne vous laissez pas emporter par d’éventuelles provocations. Coupez tout simplement court à la discussion de la manière la plus polie possible en changeant de sujet, voire d’interlocuteur. Si cela ne fonctionne pas, indiquez que vous adresserez la documentation des associations compétentes en la matière, mais que pour l’instant, vous ne souhaitez pas autre chose que de passer un moment agréable.

À l’intention des personnes qui ne sont pas véganes :

  • Les inquiétudes principales des véganes débutants concernent les questions difficiles que les personnes non véganes leur posent, ainsi que la crainte qu’on les mette dans l’embarras ou dans une situation difficile en public. La perspective de devoir composer avec les réactions des autres peut devenir une barrière réelle pour des personnes qui choisissent de devenir véganes. S’il s’agit de vos invités, ce qu’ils apprécieront le plus est de se sentir bienvenus, avec un repas approprié, et de ne pas être mis mal à l’aise, comme tout le monde en somme !
  • Renoncez à interroger sur le véganisme si vous ou votre invité êtes mal à l’aise pour en parler. Un bref « Qu’est-ce qui t’a décidé à devenir végane ? » ne pose généralement aucun problème, mais ne vous sentez pas obligé de poursuivre cette conversation à moins que vous ne soyez tous les deux à l’aise pour en parler.
  • Si vous avez tendance à lancer des débats, faites attention. Gardez à l’esprit qu’il est possible que vous soyez en train de discuter des convictions personnelles d’une personne, et non de n’importe quel sujet de conversation. Veillez à rester poli ou respectueux même lorsque vous n’êtes pas d’accord.
  • Il est acceptable de changer de sujet poliment si vous n’êtes pas à l’aise avec ce que votre invité végane a à dire sur le sujet.
  • S’il vous plaît, ne prenez pas ombrage du refus des plats non véganes. Ce refus n’est lié ni à vous ni à votre cuisine.
  • Nombre de vos amis et proches ont probablement des convictions que vous ne partagez pas au sujet de la politique, de la religion, du fait d’avoir des enfants ou non, etc. Ce n’est pas un drame. Mettez cela de côté et continuez à être amical.